L’agence des Nations Unies pour les réfugiés révèle un bouleversement de l’emploi

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) supprimera 501 emplois d’ici fin 2019, dont 146 dans sa ville de Genève. Des emplois seront plutôt créés dans les bureaux régionaux.

Ce déménagement s’inscrit dans une stratégie visant à se rapprocher du travail de l’agence sur le terrain.

Ces postes seront supprimés des cinq bureaux régionaux du HCR, qui sont basés à Genève, et de ses plates-formes régionales à Nairobi et à Dakar.

Au lieu de cela, sept bureaux régionaux seront créés, sur les cinq continents, ce qui se traduira par 429 emplois, a déclaré vendredi à l’agence de presse suisse Keystone-ATS Daisy Dell, directrice de la division des relations extérieures, qui a confirmé des informations parues dans le journal Le Temps.

Le HCR affirme qu’il est nécessaire de décentraliser certaines décisions afin de répondre plus rapidement aux urgences. « Nous voulons être plus proches des populations que nous aidons « , a déclaré M. Dell au journal Le Temps.

Le Temps a conclu que si cette nouvelle a été un choc plutôt qu’un coup dur pour la Genève internationale, elle a aussi été un signe de vitalité, « une restructuration qui montre que l’agence des Nations Unies est capable de s’adapter à une situation nouvelle ».

Le Pacte mondial pour la migration, adopté l’année dernière, devrait renforcer la position du siège du HCR, a indiqué Le Temps.

Le HCR bénéficie du soutien de la Suisse, qui s’est engagée au début du mois à verser 125 millions de francs suisses (126 millions de dollars) pour la période 2019-2022. L’année dernière, plus de 21 millions de personnes dans le monde ont bénéficié des programmes d’assistance et de protection du HCR.