Lors d’une réunion à Montreux, le Conseil des Suisses de l’étranger a appelé le gouvernement à jouer un rôle moteur dans l’introduction du vote électronique et à approuver un accord avec l’Union européenne assurant l’avenir des relations bilatérales.

L’assemblée, qui s’est réunie vendredi à Montreux, a massivement soutenu une résolution invitant le gouvernement à prendre en considération les intérêts de la communauté suisse expatriée vivant dans l’UE et à approuver « dès que possible » un projet de loi parlementaire pour sauvegarder la politique des accords bilatéraux avec Brusselsexternal link.

« Comme les citoyens de l’Union européenne en Suisse, les Suisses expatriés vivant dans l’UE bénéficient directement du droit de trouver un emploi et de choisir librement un pays de résidence au sein de l’UE, grâce à la libre circulation des personnes », peut-on lire dans le document.

A l’heure actuelle, quelque 760’000 citoyens suisses enregistrés vivent à l’étranger, dont 60% dans les pays voisins de l’UE. Le bloc des 28 nations est également le principal partenaire commercial de la Suisse.

Mais les relations entre l’UE et la Suisse sont actuellement dans une impasse au milieu d’une longue bataille politique sur l’avenir des relations bilatérales. En outre, une initiative de droite, approuvée par les électeurs suisses il y a près de 20 ans et confirmée par deux autres scrutins, est en suspens, appelant à mettre fin à l’accord sur la libre circulation des personnes.

En 2014, les électeurs ont approuvé une initiative de droite visant à réintroduire des quotas d’immigration pour les citoyens de l’UE, ce qui a suscité de longues discussions au Parlement sur l’application des restrictions.

Accord parapluie

En juin de cette année, le gouvernement suisse a demandé à Bruxelles des « éclaircissements supplémentaires » sur un projet d’accord-cadre couvrant plus de 120 accords bilatéraux existants. Cette décision fait suite à une procédure de consultation publique et au mécontentement des syndicats au sujet des droits des travailleurs.

La discussion entre les membres du Conseil du Swiss Abroadexternal link s’est concentrée vendredi sur une proposition d’amendement du délégué du lobby économique d’economiesuisse, invitant le gouvernement à approuver l’accord « dès que possible », soulignant l’urgence d’un accord avec l’UE pour les entreprises suisses.

Le vice-président de l’OSE, Filippo Lombardi, qui siège également au Sénat suisse, a souligné l’importance d’un leadership gouvernemental clair dans l’intérêt des Suisses de l’étranger.

Éviter les impasses

Vendredi, une centaine de délégués présents à l’assemblée semestrielle ont approuvé à la quasi-unanimité une résolution visant à éviter une impasse sur l’introduction du vote électronique.

« Plus que jamais, le gouvernement suisse doit jouer un rôle de premier plan dans le domaine du vote électronique », a déclaré Remo Gysin, président de l’OSE, citant la résolution.

La proposition a été parrainée par cinq délégués d’Allemagne, de France, de Grande-Bretagne, d’Israël et des Pays-Bas, avec l’appui des principaux membres du Conseil.

Au cours d’un débat animé, une vingtaine d’orateurs venus du monde entier ont fait des propositions d’amendements au texte, soulignant les exigences spécifiques du gouvernement suisse et des 26 cantons, qui sont largement autonomes dans leur politique en matière de vote électronique.

Au cours des débats, plusieurs orateurs ont également souligné l’importance d’une campagne de sensibilisation menée auprès des citoyens vivant en Suisse pour les informer des besoins de la communauté des expatriés en matière d’exercice de leurs droits démocratiques directs.

Financement public

Le texte final exige que le vote électronique soit introduit pour tous les Suisses de l’étranger lors des élections législatives de 2023 et que la Confédération assure le développement, le financement et la maintenance d’une version actualisée du système de vote électronique.

Il s’agit de la quatrième résolution de ce type adoptée par le Conseil au cours des huit dernières années, appelant à la promotion du vote électronique pour les citoyens suisses expatriés, parallèlement au vote par correspondance introduit en 1992 et au vote régulier dans les bureaux de vote.

Mais une série de défauts techniques dans les deux systèmes de vote électronique actuellement utilisés a conduit à la suspension du vote en ligne quelques mois seulement avant les élections législatives d’octobre. Les opposants recueillent des signatures en faveur d’une initiative populaire appelant à un moratoire de cinq ans sur les essais du vote électronique.

Le vote électronique a été introduit sur une base limitée en 2003 dans le cadre de tests continus. Le gouvernement assure que plus de 300 votes se sont déroulés sans problème. Toutefois, étant donné l’opposition politique croissante et le scepticisme à l’égard des aspects sécuritaires, le gouvernement a mis de côté son projet d’introduire le vote électronique sur une base permanente.

Manifeste électoral

Par ailleurs, le Conseil a approuvé le manifeste électoral du lien externe de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) pour les élections d’octobre. Il comprend huit points, couvrant le vote électronique, l’accès sans discrimination des expatriés aux banques suisses, la libre circulation des personnes et le maintien du réseau consulaire existant.

Les écoles suisses à l’étranger, la promotion de programmes d’échanges pour les scientifiques, les chercheurs, les hommes d’affaires et les artistes suisses, ainsi que le financement de canaux d’information spéciaux pour la communauté expatriée – notamment la plate-forme multimédia swissinfo.ch et le magazine Swiss Review – ainsi qu’une réforme du Conseil des Suisses de l’étranger.

Le conseil d’administration du vendredi à Montreux se tient à la veille du Congrès annuel des Suisses de l’étranger, qui permet aux participants d’obtenir des informations de première main des représentants des principaux partis politiques sur leurs agendas politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *